La fête au village « La Saint Pierre »

Dimanche 28 juin 1908

Depuis plusieurs jours, le village est en effervescence. Alphonse Guillemard, le patron du café « A l’arrivée des voyageurs » a mis au frais ses bouteilles de cidre. Cette année, Catherine, sa belle-sœur, a fabriqué des roses en papier pour égayer la façade de l’auberge.

Les maîtresses de maison ont invité parents et amis et personne ne voudra manquer à l’appel car la fête d’Aizier a conquis un renom indiscutable. Le grand jour est arrivé !
Le matin, Monsieur le curé a célébré l’office de la Saint pierre.
A 11 heures, le conseil municipal, son maire Monsieur Patin en tête, inaugure les réjouissances. Des voitures arrivent de partout. On accroche les chevaux sous les pommiers.
Dans chaque maison, la grande table est mise et le déjeuner est somptueux. Les enfants sont impatients de finir leur repas pour courir à la fête.
Monsieur Trehet, l’instituteur organise une course en sac pour les petits. Le mât de Cocagne attire les jeunes gens. Cette année encore Louis Gatinet emportera t-il le jambon ?
Les filles font la ronde, les garçons jouent aux billes.
L’orchestre s’est mis en place : il y a une trompette, un violon un peu grinçant et, pour la première fois au village, un accordéon. Après « Sourire d’Avril » valse romantique puis la « Polka des clochettes » pour dégourdir les jambes des anciens, on chante « Viens Poupoule » et la foule reprend en chœur cette chanson à la mode. La danse du tapis succède à celle du balai, dans le même enthousiasme et c’est peut-être là que s’ébauchent ou se précisent de prochaines fiançailles.
Il fait de plus en plus chaud !
Attablés devant « Les galeries d’Aizier », on reconnaît Frédéric Rozelet à côté du doyen du village Pierre Helley encore bien droit pour ses 86 ans. Les enfants achètent de la limonade, des bonbons, des pommes d’amour si appétissantes. Quand arrive 7h du soir, les jeux sont terminés. Il faut rentrer pour s’occuper des bêtes et préparer les dîner. Puis, les jeunes, et les moins jeunes reviendront vite danser à la lueur des lampions jusque tard dans la nuit. Tout le monde est fatigué et heureux. Les lampions s’éteignent. Le matin va bientôt arriver et la vie reprendra simple et tranquille dans ce délicieux village.

La fête au village

Broderie réalisée par Madeleine JOTTE – La fête au village